Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 15:54


Louis Quéméner

Le Conquet 1643 – Surat (Inde) 1704

Reprise d’un article que j’ai écrit en 1989 pour le bulletin communal de l’époque, à partir d’une quinzaine de feuillets provenant de chez mademoiselle Elisa Causeur, ma tante.

Ce texte a peut-être été écrit à partir de notes de monsieur Miorcec de Kerdanet, recueillies par l’abbé Kerbiriou.  Tout ou partie a pu être publié dans le bulletin diocésain du Finistère en 1934 ou 35. Le document d’origine semble être une « Vie Manuscrite » conservée dans les archives des Missions Etrangères de Paris.

Nouvelle rédaction :

Naissance au Conquet de Louis Quéméner

Michel Quéméner était « honorable marchand » et bourgeois du Conquet  quand sa femme, le 3 septembre 1643, a donné naissance à un fils que l’on prénomma Louis.

Dom Michel Le Nobletz (1577-1652), qui connaissait bien l’enfant espiègle qu’était Louis (le gamin avait 9 ans à la mort de l’évangélisateur), aurait prédit qu’il deviendrait plus tard un personnage saint dans l’église de Dieu.

Vers l’âge de quinze ans, il se rendit avec sa mère à Sainte-Anne d’Auray, en pèlerinage sur les lieux où en 1625, un paysan nommé Nicolazic avait découvert une statue de la mère de la vierge Marie.  Après ce jour, le jeune Louis, refusa d’envisager la succession de son père dans le commerce, pour se tourner vers la religion.

Prêtre du diocèse de Léon

 On ne sait pas où il fit ses études de théologie, peut-être à Ploudaniel, là où Michel Le Nobletz fit les siennes.  On le retrouve le 7 avril 1667, débutant son sacerdoce comme vicaire de la paroisse des Sept-Saints à Brest. L’église des Sept-Saints dépendait comme du prieuré de l’abbaye de Saint-Mathieu. Louis Quéméner quitte Brest fin 1670 pour remplacer le recteur de l’importante paroisse de Ploudaniel, décédé.

Le 22 mai 1675, Louis Quéméner est au Conquet pour assister aux obsèques de son père, il signe le registre des décès : Louis Quemener Recteur de Ploudaniel, signe aussi François Corbie, prêtre de la paroisse de Plougonvelin. Sur l’acte on remarque la présence de Laurent Calvez, sieur de Kersalou, marchand du Conquet "fils et gendre du défunt"!

 dc-quemener-michel.jpg


Copie état-civil Le Conquet 1989, JPC.














Le voyage vers la Chine

En 1680, Quéméner a quitté la Bretagne, pour se consacrer à l’évangélisation de régions lointaines. Il entre dans la Société des Missions Etrangères de Paris, fondée en 1653 par Alexandre de Rhodes, missionnaire jésuite d'Extrême-Orient où il a effectué plusieurs séjours. Quéméner fait ses classes au séminaire de la rue du Bac à Paris. Puis, il quitte la ville le 6 avril 1682 pour Brest, avec deux confrères, Louis Champion de Cicé et Jean Joret,  tous trois prêts à s’embarquer sur un vaisseau à destination de la Chine, à la demande de monseigneur Pallu déjà sur place. Jusqu’au dernier moment sa famille et ses amis essaieront en vain de le détourner d’une aventure aussi périlleuse.  (La Société des Missions Etrangères de Paris n’est pas un ordre, mais une association de prêtres diocésains, qui sous l’autorité de la Congrégation de la Propagande de la Foi, se consacrent à l’évangélisation des peuples)

Quelques mois plus tard le vaisseau double le cap de Bonne-Espérance puis la navigation se continue sans problème jusqu’à Surat en Inde. De là un autre bateau les conduit au Siam, par le détroit de Malacca, ils y retrouvent d’autres missionnaires déjà en poste. Quelques temps plus tard avec de Cicé et Pin docteur en Sorbonne. Un navire anglais les prend à son bord. « Etant sortis de la barre de Siam avec un vent contraire, nos trois missionnaires doublèrent avec bien de la peine la pointe qui sépare ce royaume de celui de Cambodge. A cette hauteur ils échouèrent, vers les deux trois heures du matin, sur un rocher perdu, ignoré de toutes les cartes, à 40 lieues de la terre ferme. Le vaisseau ne s’en tira que très malaisément et comme par une espèce de miracle. (Bien plus tard, sur rade d’Amoï, on s’apercevra que deux brasses de la fausse quille et plus de six pieds du premier bordage de derrière avaient été emportés. Cependant pendant tout le reste du voyage, il ne fit pas plus d’eau que si rien n’était arrivé). Quelques temps après le premier échouage, entraîné par le vent et les courants, le vaisseau évita de justesse un banc terrible de récifs nommé les Paracels, ensemble d’îlots rocheux qui barrent la mer de Chine sur une longueur de 80 lieues.  Après avoir doublé l’île de Hai-Nan, le capitaine anglais renonça à gagner Formose pour faire cap sur Macao. Au passage les missionnaires saluèrent l’île de Sansian, ou mourut saint François-Xavier. Après une escale à l’île de Tempo-Guebrado, à une portée de mousquet de Macao, le navire entre sur rade de Amoï, à 400 lieues de Pékin. Equipages et passagers attendirent trois mois (septembre 1684) l’autorisation de l’Empereur pour débarquer, et ne purent le faire qu’après que le navire anglais eut failli couler, abordé par une jonque.



110.JPG
Missionnaire en Chine. Ici saint François Xavier. Chapiteau sculpté, église de Javier, Espagne. Photo JPC




















L’arrivée en Chine, les missions.


A la Noël 1684, nos trois missionnaires sont toujours à Amoï . Courant janvier 1685, le voyage s’achève enfin. Louis Quéméner, rejoint le poste que monseigneur Pallu lui avait assigné avant de mourir, à Chieu-Leu, province de Fo-Kien. Il commence immédiatement l’étude de la langue des Mandarins à l’école d’un dominicain espagnol.

Les années suivantes, Louis Quéméner, vicaire apostolique,  gère la procure de Canton, tout en exerçant de temps à autre, le ministère apostolique dans les provinces de Kouang-Ton, Fo-Kien et Tche-Kiang.

Les feuillets se continuent par des extraits d’une lettre de notre missionnaire aux Ursulines de Saint-Pol de Léon, les dames de Mollien. Leurs missives parties de Bretagne le 22 février 1685 ne sont arrivées en Chine que le 24 août 1686. Les sœurs lui reprochent de les avoir oubliées. Il se récrie : Non mesdames, je ne suis pas de cette fameuse province des goûts à deux paroles ! Je ne me dédis jamais, et c’est assez que vous sachiez que j’ai vu le premier jour au Conquet et, par conséquent que je suis « bas » et « très bas-breton, pour vous avouer que vous avez tort… »  Il continue en assurant ne pas les avoir perdues dans son souvenir, pas plus que mesdames de Lesneven (monastère des Ursulines) et de Landerneau, (couvent des Ursulines), madame la supérieure de Guillimadec, ou ses chères sœurs de Ploudaniel. En conclusion il les invite à prendre de ses nouvelles par le recteur de Ploudaniel, monsieur Le Pape, et surtout à faire des dons aux missions en Chine : « il faut, dit-il, mettre la main à votre gousset pour enrichir votre pauvre frère et ses confrères ». Cette lettre est envoyée de Xao-Cheu  en Chine le 1er janvier 1687.

Ce Xao-Cheu, province de Kouang-Ton est à plus de 150 lieues de la rivière de Canton. C’est un marché très fréquenté, un entrepôt d’où l’on expédie des marchandises à travers le Kouang-Si vers le nord de la Chine. Louis Quéméner s’efforce de christianiser les Chinois du lieu, tout en bâtissant son église.


Le retour en France


En juin 1689, la santé de Quéméner s’altère, souffrant d’une « corrosion d’intestins »  il inquiète ses confrères. Le 16 janvier 1690, ayant réglé ses affaires, il est à Canton en instance de départ, pour se refaire une santé.  Mais s’il se rend à Rome c’est comme délégué des vicaires apostoliques en Chine. Le bruit courait que le pape Alexandre VIII avait pour intention de confier aux Portugais le protectorat des missions en Chine. De plus les pères des Missions Etrangères sont alors en guerre ouverte avec les Jésuites.

Le voyage à Rome s’impose donc! Un navire anglais le conduit à Pondichéry, sud de l’Inde, où il arrive à la fin de l’année. De là il gagne Surat (Inde), puis la Perse par mer. Il traverse la Perse, sans doute à pied, pour gagner Alexandrette au sud de la Turquie, où il trouve un navire qui le prend comme passager. Il débarque à Marseille fin 1691, pour y subir l’opération d’une fistule.


En service commandé à Rome


Le 20 mai 1692, guéri, c’est le départ pour Rome, mais la tempête oblige son bateau à relâcher à Gènes. Ce n’est finalement que le 10 juin 1692 qu’il débarquera à Rome.  Son voyage aller vers la Chine avait duré trois  ans, le retour en aura pris deux.

Voici donc Louis Quéméner à Rome, en qualité de procureur des Missions Etrangères mais chargé en même temps par l’évêque de Chartres d’obtenir du pape l’approbation de la constitution de la maison de Saint-Cyr, établissement fondé par Louis XIV à la porte de Versailles, sous l’impulsion de madame de Maintenon, pour l’éducation de 250 jeunes filles de la noblesse, peu favorisées par la fortune.

Le 26 novembre 1692, Quéméner a une première entrevue, secrète et particulière,  avec le pape Innocent XII au sujet des affaires de Chine, particulièrement sur la question des missionnaires portugais, et les différents entre Franciscains, Jésuites et pères des Missions Etrangères. (Longs développements complexes). L’entrevue avec le pape se déroule en Espagnol langue que pratique le souverain pontife et aussi Quéméner, dont le séjour  au  Vatican va se prolonger jusqu’en 1697. (Je passe sur les détails de cette épisode romain de la vie de Quéméner. L'essentiel de la querelle entre missionnaires venait du fait que les Jésuites pratiquaient une évangélisation "douce" en permettant aux nouveaux convertis chinois de conserver certaines pratiques ou coutumes ancestrales, tandis que d'autres missionnaires, tels Quéméner imposaient à leurs ouailles, un christianisme intolérant.)


L’évêque de Surat (Inde)


Nommé par la suite évêque de Surat en Inde, Louis Quéméner y accomplira son ministère jusqu’à son décès en 1704. Je n’ai pas de détails sur cette période.

Dès que possible, j'introduirai dans le texte une carte simplifiée des périples A/R de notre missionnaire.


LE PERE DE FONTENAY : Louis le Guennec (le Finistère Monumental tome 2)
attribue dans le blason (fantaisiste) du Conquet (dessiné par Le Men en 1898) "le 3 à la fasce d'azur accompagnée de  deux dauphins de même, à la famille de Fontenay, originaire de Lochrist quBLASON-DU-CONQUET.gifi a produit un mathématicien et astronome célèbre, le père de Fontenay, de l'ordre des Jésuites, l'un des chefs de la mission que Louis XIV envoya à l'empereur de Chine Kang-Hi pour fonder l'observatoire de Pékin. 

A bord de l'Amphitrite qui quitte Port Louis en 1702 pour la Chine, il y a en effet un père de Fontenay, jésuite.
Des documents mentionnent un père jésuite, Pierre Claude de Fontenay, né à Paris en 1663.
Les de Fontenay seraient liés à Kerambosquer en Plougonvelin.
Enquête à faire, si elle ne l'a pas déjà été.
                                                                                          JPC  décembre 2009



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean.pierre-clochon@wanadoo.fr
  • Le blog de jean.pierre-clochon@wanadoo.fr
  • : Sujet : histoire locale du Conquet et histoire maritime d'un point de vue plus général. Mise en ligne de mes dossiers constitués à partir de recherches dans toutes sortes de documents et d'archives depuis 1970. Je demande seulement qu'en cas d'utilisation de tout ou partie d'un dossier, la source en soit citée, et que pour une utilisation commerciale j'en sois informé. JPC
  • Contact

Recherche