Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 09:49

 LES CHAPELLES DU CONQUET - ND DE POULCONQ

 

La trève de Lochrist, paroisse de Plougonvelin abritait quelques chapelles publiques ou privées.

 

Chapelle de Poulconq : chapelle privée dédiée à Notre-Dame, dépendance du manoir des Le Veyer de Poulconq.

(En ce qui concerne la famille Le Veyer de Poulconq, lire les ouvrages de Yves Luzlac, Chroniques oubliées des manoirs bretons etc…)


Poul Conq : la zone marécageuse en bas du Conquet, en opposition à Gorre Conq, "montagne" du Conquet, le haut de la côte, actuellement place de Brest.


Reste des murs de la
chapelle de Poulconq
(Propriété privée)
(2009)















La chapelle n’était qu’un petit oratoire en bord de mer, d'accès peu aisé.  En 1647, frère Cyrille Le Pennec écrit :" la mer entre dedans aux grandes marées parce qu'on a laissé ruiner le quai qui l'environnait..."  On y découvre parfois des enfants abandonnés comme cette petite fille "trouvée le vingtième de janvier 1690 contre la chapelle de Poulconq, de laquelle on ignore le père et la mère", et baptisée "Marie" par le recteur à qui on l'a amenée

 

Epoque révolutionnaire : en 1791, tous les ecclésiastiques ne se sont pas encore soumis au serment de fidélité à la constitution du Royaume. Les prêtres sont divisés entre « assermentés, constitutionnels ou jureurs » et « réfractaires ». Ces derniers sont majoritaires dans l’ouest de la France.

 

Texte du serment de juillet 1790 : je jure de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution du royaume, décrétée à l’Assemblée Nationale, et acceptée par le roi, d’être fidèle à la Loi et au Roi, et de remplir avec zèle et impartialité les fonctions de mon office »

 

Devant l’agitation réfractaire, la Constituante autorise l’exercice du culte célébré par des prêtres réfractaires, mais seulement comme une pratique « tolérée ».

 

Le 26 mai 1791: Pierre Renaud, Jacques Tilly, Esprit Du Faur, Michel Helcun, Jean René Prat et quelques autres « révolutionnaires conquétois » présentent un placet à la municipalité dans lequel ils dénoncent Jacques Le Gall, ci-devant vicaire de Lochrist et Marc ci-devant vicaire du Conquet pour une assemblée suspecte qui s'est faite le 24 mai en la chapelle de Poulconq. Le Gall convoqué devant le maire explique qu'il ne s'agissait pas d'autre chose que d'une messe qu'il y célébrait, à la demande d'un particulier comme l'autorise la loi.

 

Après la fuite du roi Louis XVI dans la nuit du 20 au 21 juin 1791, la restriction de l’exercice du culte s’amplifie. Début juillet, les prêtres qui ont refusé le serment ont trois jours pour se rendre à Brest en état d’arrestation.

Margueritte Du Bosq, agissant pour le ci-devant seigneur de Poulconq, est invitée à fermer la chapelle de Poulconq.

Margueritte Du Bosq (ou Dubosq), veuve de Laurent Créac’h, bourgeoise aisée, intervenant dans les affaires religieuses, dans les procès, dans des partages fonciers, est semble-t-il une « figure du Conquet » à la fin du XVIIIe siècle.

 

L'inventaire de la chapelle fait le 17 janvier 1793 recense: 12 bouts de cierges, une nappe d'autel, deux aubes, un tapis d'autel, une chasuble avec étole et manipule blanche, une autre rouge, une autre noire, une autre violette et blanche, 5 devants d'autel de différentes couleurs, 7 nappes d'autel, quatre amicts, un cordon, quelques essuie-mains, du petit linge de calice, et deux cloches descendues depuis décembre 1792.

La citoyenne Du Bosq qui détient les clés est alors interrogée le maire François Monté et l'Agent National César François Mazé-Launay*, sur la disparition d'un calice. Elle répond l'avoir fait amener à Quimper par la citoyenne Carquet.


*(Article en préparation : la famille Mazé-Launay et Le Conquet)
 

Contestation de propriété

 

3 floréal an III (mars 1795) : la municipalité déclare que le bâtiment lui appartient, ayant toujours été considéré comme un bien public. "La chapelle est absolument dans la grève, au point qu'on ne peut la fréquenter que dans la morte-eau. Cette chapelle n'a toujours été entretenue que par les âmes pieuses de la commune, nous ignorons son origine et ne connaissons pas la personne qui prétend aujourd'hui s'en emparer, en s'en disant propriétaire".

 

La citoyenne Du Bosq qui détient les clés est alors interrogée le maire François Monté et l'Agent National César François Mazé-Launay, sur la disparition d'un calice. Elle répond l'avoir fait amener à Quimper par la citoyenne Carquet.

 
Bâtiment agricole ou dépendance

En 1818, le bail de la ferme de Poulconq est consenti par monsieur le comte d’Augier à Pierre Podeur pour 360 francs. La chapelle à l’époque a perdu sa fonction religieuse.
 

Au cadastre de 1841, elle est qualifiée de masure N°589, avec le terrain en bord de mer, Parc ar Chapel N° 588, elle appartient à madame veuve Arnoult à Pont-Labbé. Le manoir N° 590 est toujours à monsieur d'Augier à Paris


Potager

Après la perte de son toit, et de la partie haute de ses murs, la nef de la chapelle est devenue un petit jardin bien abrité, clos de murs.

 


L'accès public à la grève (2009)












L’accès à la grève :

Après de longs démêlés avec l’administration, les gestionnaires de l’usine Tissier obtiennent en 1875, moyennant finances, l’autorisation de barrer l’anse de Poulconq par un mur et de la combler. A condition entre-autres, de laisser un passage public de la route de Brest à la grève, et de ménager à l'extrémité, un accès en pente douce, accessible aux charrettes fréquentant le port du Conquet.

                                                                                     JPC, novembre 2009

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean.pierre-clochon@wanadoo.fr
  • Le blog de jean.pierre-clochon@wanadoo.fr
  • : Sujet : histoire locale du Conquet et histoire maritime d'un point de vue plus général. Mise en ligne de mes dossiers constitués à partir de recherches dans toutes sortes de documents et d'archives depuis 1970. Je demande seulement qu'en cas d'utilisation de tout ou partie d'un dossier, la source en soit citée, et que pour une utilisation commerciale j'en sois informé. JPC
  • Contact

Recherche