Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 14:08

Des chevaux pour les îles par l' André-Yvette

 

L'André-Yvette, gabare Lampaulaise construite en 1936, assurant des transports divers dans le quartier maritime de Brest.

Ce 1er avril 1970, le bateau, patron-armateur Jean-Paul Monot, fait escale au Conquet pour y embarquer des chevaux à destination du lédénès de Molène. Je me trouvais à la cale Saint-Christophe, d'où ces trois photos.

gab-andre-yvette-cheval-3.jpg

 

Le cheval sanglé est prêt à être hissé. On aperçoit le patron de l'André-Yvette, derrière le mât, aux commandes du treuil.

gab andre yvette cheval2

 Guidé par le matelot au palan de retenue, et maintenu dans l'axe par quatre hommes, le cheval descend vers la cale de la gabare.

gab andre yvette cheval 1

Un peu d'agitation au passage de l'hiloire de cale. Mais tout se passera bien.

 

Je crois me souvenir qu'il y avait deux ou trois chevaux à embarquer pour le voyage.

 

                                                                               JPC/ 2 mars 2011 (Photos JPC)

 

Le naufrage de la gabare Notre-Dame de Trézien

 

Le 3 avril 1981, je me trouvais de service à la station radiomaritime du Conquet (Radio-Conquet). Passant devant une fenêtre, un peu après 11 heures, j'eus le regard attiré par un grand mât sortant de l'eau entre le pied du phare de Kermorvan et la tourelle de la Louve. Il n'y était pas quelques temps auparavant.

Par radio j'interrogeais un caseyeur du Conquet qui approchait du port  Le patron, après s'être dérouté,  me répondit qu'il n'y avait personne dans l'eau autour du mât mais qu'il voyait un canot à godille monté par deux hommes, passant l'extrémité de la digue Sainte-Barbe.

Quelques temps plus tard on apprenait que la gabare Nd de Trézien de Lampaul-Plouarzel venait de faire naufrage.

Un petit article dans " LeTélégramme" du lendemain rapportait que "Hier matin vers 11h, le sablier Nd de Trézien, gabare construite en 1948 et appartenant aux frères Jean et Victor Guichoux de Lampaul-Plouarzel, a fait naufrage à l'entrée du port du Conquet près de la tourelle de la Louve, à 400 mètres de la pointe de Kermorvan. La gabare chargée de sable devait gagner Landerneau.

En passant à proximité de la pointe de Kermorvan, à la suite pense-t-on d'une avarie de barre, elle talonna une tête de roches, la marée étant basse à cette heure.

Les deux marins réussirent à prendre place dans l'annexe amarrée à l'arrière du sablier avant que celui-ci ne coule."

gab nd trezien ech porscave

Le sablier Nd de Trézien à Porscave quelques temps avant son naufrage (1).

gab nd trezien ech porscave 2

Le sablier Nd de Trézien à Porscave peu de temps avant son naufrage (2)

gab nd trezien ech porscave 1

Le sablier Nd de Trézien à Porscave, peu de temps avant son naufrage.

 

L'échec du renflouement :

 

Une fois le navire allégé d'une partie de son sable, la tentative de renflouement s'est organisée. La manoeuvre devait consister à soulever le bateau et le remorquer à l'échouage dans le port du Conquet ou éventuellement à Portez.

Cinq navires étaient présents : deux gabares en fer, la Reine des Abers et le Falleron, deux gabares en bois, Fleur de Mai et ?, plus un coquillier-goémonier de Laberildut.

 

gab nd trezien nauf 1

 ---

gab nd trezien nauf 2

La Reine des Abers positionnée au-dessus du Trézien (dont on distingue le mât sur l'avant du petit navire de pêche), devait servir de flotteur, la Fleur de Mai  aurait tiré en pointe en direction du port du Conquet.

Mais dès le début de l'opération, la Reine des Abers et son encombrant colis sous-marin ont été emportés par le courant de flot. Le sablier en fer tournoyant sur lui-même a dépassé le phare, en direction de l'Ilet.

Les câbles ou chaînes supportant le Trézien ont été largués ou cisaillés et la gabare est partie définitivement au fond, à 0,7 mille de la pointe de Kermorvan, sans espoir de récupération.

 

                                                                     JPC / 2 mars 2011 (Photos JPC) 

 

  Additif :  quelques temps plus tard, je n'ai pas retenu la date, c'était au tour de la Fleur de Mai de couler chargée de sable, sur son corps-mort dans l'Aber-Ildut. Une fois la cale vidée, la Reine des Abers a été positionnée comme flotteur au-dessus de la gabare immergée et des plongeurs ont installé des citernes gonflables pour décoller la coque du fond. Cette fois l'opération a réussi, la Fleur de Mai a été ramenée au sec à Porscave et quelques semaines plus tard elle reprenait du service.

  gb-reine-des-abers-fleur-de-mai.jpg

Le mât de la Fleur de Mai émerge à bâbord de la Reine des Abers. ( Photo JPC)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Franz 15/06/2016 21:19

bon boulot ce blog, félicitations !
Franz.

Présentation

  • : Le blog de jean.pierre-clochon@wanadoo.fr
  • Le blog de jean.pierre-clochon@wanadoo.fr
  • : Sujet : histoire locale du Conquet et histoire maritime d'un point de vue plus général. Mise en ligne de mes dossiers constitués à partir de recherches dans toutes sortes de documents et d'archives depuis 1970. Je demande seulement qu'en cas d'utilisation de tout ou partie d'un dossier, la source en soit citée, et que pour une utilisation commerciale j'en sois informé. JPC
  • Contact

Recherche