Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 17:47
La maisonnette de la pointe des Renards.

Après la fermeture de Radio-Conquet, de nombreuses personnes cherchaient à savoir si la « petite maison de la Pointe» serait à vendre.
Certains l’auraient voulue, pour la garder intacte et y venir contempler et entendre la mer, d’autres pour la transformer en une résidence plus ou moins vaste selon les rêves des interlocuteurs.


Invendu, situé en zone protégée, le bâtiment est resté en l’état, puis le pylône qui le domine a été réduit d’une dizaine de mètres. L’ensemble héberge aujourd’hui un relais de radiotéléphonie mobile.


 


Le relais de téléphonie mobile.
(photo, juillet 2009, Jpc)





































A quoi  donc a servi ce bâtiment inhabitable et jamais habité ?

 

Après la Libération de 1944, les liaisons téléphoniques avec les îles par câbles sous-marins, étaient sujettes à de nombreux incidents, interrompant tout conctact entre elles et le continent.  
L’administration des Postes – Télégraphes et Téléphones décida pour remédier aux coupures,  d’établir des circuits de secours par radiotéléphonie, en « Ondes Très Courtes (OTC) », donc Très Hautes Fréquences, (VHF, pour Very High Frequencies en anglais). Ce fut le cas pour Sein, Molène et Ouessant.

 

Des équipements d’essais ont été installés en 1948 dans le grenier de la poste du Conquet, rue Poncelin.  Leur fonctionnement donnant toute satisfaction, l’exploitation a pu commencer le 21 novembre 1948 pour Conquet-Molène, et le 13 juin 1949 pour Conquet-Ouessant.

  

Des améliorations ont été apportées par la suite à la qualité des liaisons: concernant la liaison Brest-Molène (par Le Conquet), on lit dans le « Bulletin des Services Radioélectriques d’octobre 1951 » : liaison Brest-Molène, mise en service le 31 août, à titre d’essai, d’un matériel VHF fonctionnant en veille sous 48 volts, avec un débit de 500 milliampères. Fonctionnement correct depuis sa mise en service, le rapport signal bruit a été amélioré de 6 décibels.

 

Même si les équipements du Conquet, fonctionnant comme un simple relais téléphone/radio, ne nécessitaient pas de personnel d’exploitation, le grenier de la poste ne pouvait être qu’un lieu d’accueil temporaire. C'est pourquoi, dans le cadre de la construction du centre radiomaritime de la pointe des Renards, un bâtiment avait été prévu pour les héberger

 

Toujours en 1951, le bâtiment destiné à abriter l’ensemble des équipements des liaisons VHF avec Ouessant, Molène et prochainement l’île de Sein est pratiquement terminé, son aménagement a été entrepris au cours du mois de septembre. Ainsi donc est née ce que les opérateurs du Conquet appelaient :  la cabane des OTC.


 

















La "cabane des OTC", dans son état d'origine














Liaisons  avec les îles du littoral
 
: la  liaison continent-île de Sein a été équipée au cours du mois d’octobre de matériel analogue à celui pour les liaisons avec les îles Chausey.  Ouessant, Molène et Yeu sont déjà pourvues.

L’installation de Sein est alimentée par la centrale de l’administration des Ponts et Chaussées et par le fait qu’il a été possible de fixer l’antenne sur un des pylônes du radio-phare, les équipements terminaux ont pu, du côté continent, être installés à la station radiomaritime de la pointe du Renard au Conquet et dans le local qui abrite déjà les équipements qui desservent Ouessant et Molène.

Pour l’instant, l’ensemble du circuit est exploité à partir de Brest, il semble que, pour l’avenir l’exploitation doit être effectuée à partir de Quimper, la majorité des communications avec Sein provenant de cette dernière ville ou de villes très voisines (Audierne). (Ndlr, c’est ce qui a été bientôt fait)

 

En 1957, les liaisons sont sensiblement améliorées en transférant tous les échanges radios avec les îles dans la bande des 80 Mc/s  (80 mHz, environ 4 mètres de longueur d’onde, c’est toujours de la VHF), pour éviter les contestations avec la télévision.

 

Un service de secours, donc épisodique.

 

Lorsque la liaison par câble sous-marin fonctionne, la liaison radio est en veille, inactive.


N’oublions pas que le téléphone automatique en France, ne se généralisera (lentement) qu’à partir du début des années 1970. Exemple : un abonné en France ou ailleurs, arrive sur le pupitre de l’opératrice de Quimper, qui appelle « la dame du téléphone » de l’île de Sein et lui demande un numéro dans l’île. La connexion entre demandeur et demandé se fait par un jeu de « jacks » à enficher.

En cas de problème sur le câble sous-marin, la liaison radio par Le Conquet est activée. Pour les deux abonnés au téléphone, demandeur et demandé, en apparence rien de changé, sauf que toute personne disposant alors d’un « transistor à bande marine » pouvait écouter à la radio, les communications privées.

 

Une ligne directe entre les standards téléphoniques de Sein, Molène et Ouessant arrivait sur les pupitres des opérateurs du Conquet, permettant aux dames des PTT de signaler tout dérangement avec le continent.

 



1965, une violente tempête a plié plusieurs pylônes dont celui-ci qui a enjambé le toit des OTC.

















On aperçoit à droite, côté mer,  une construction en béton, sans toit, ce fut pendant de longues décennies, "l'incinérateur". Toutes les archives y étaient brûlées, passé le temps officiel de conservation.  Lorsque c'était la dame qui s'occupait de l'entretien de la station qui assurait ce travail, elle devenait bien entendu la "vestale". Il va sans dire que nombre de formules télégraphiques, à demi calcinées ont atterri sur la plage de Portez emportées par un vent de sud facétieux.

Un élément incontournable du décor.



Photo Pet T, de 1988 semble-t-il.


































Je ne me souviens pas quand, -mais sans doute lorsque les liaisons téléphoniques câblées  avec les îles, ont été doublées par des faisceaux  hertziens- les émetteurs-récepteurs de la cabane des OTC ont été démontés. La maisonnette est restée vide pendant de très longues années.

Même si la maintenance des équipements OTC n’était pas assurée  par les personnels  de la station radio, mais par des techniciens d’autres services des PTT, en particulier par un monsieur Masson, Raymond Coz,  Conquétois, responsable technique à FFU durant plusieurs décennies, doit se souvenir du démontage de ces installations de secours téléphonique avec les îles.
Ci-dessous, en 1996, le bâtiment est vide de tout équipement.


                                                                                      
                                                                                                        
Anecdote : Remontant un après-midi de la plage de Portez, à l'époque du tournage de la série télévisée "Dolmen", j'ai assisté à ce scénario amusant. Le grillage entourant le pied du pylône désaffecté, était ouvert en plusieurs endroits. Un adolescent était déjà grimpé à mi-hauteur du pylône, un autre le suivait un peu plus bas. Soudain, le second garçon se mit à interpeller à grands cris et gestes son compagnon, l'incitant à descendre au plus vite. Il venait d'apercevoir au-dessus de l'entrée de l'ancienne salle d'exploitation de Radio-Conquet le panonceau bleu-blanc-rouge, marqué "Gendarmerie", ainsi que les véhicules (utilisés pour les besoins du film). Quelques minutes plus tard, les deux jeunes gens filaient à toutes jambes par le sentier côtier.



La gendarmerie et les véhicules.
Tournage de la série "Dolmen"
Photo Jpc 2004.












                                                                                   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean.pierre-clochon@wanadoo.fr
  • Le blog de jean.pierre-clochon@wanadoo.fr
  • : Sujet : histoire locale du Conquet et histoire maritime d'un point de vue plus général. Mise en ligne de mes dossiers constitués à partir de recherches dans toutes sortes de documents et d'archives depuis 1970. Je demande seulement qu'en cas d'utilisation de tout ou partie d'un dossier, la source en soit citée, et que pour une utilisation commerciale j'en sois informé. JPC
  • Contact

Recherche